Résidences et présentations publiques

Accompagner les artistes en leur offrant des temps de résidence est une des missions fondamentales du Gymnase ⎟ CDCN. Pendant des périodes allant de une à plusieurs semaines, les artistes peuvent ainsi chercher, créer, mais également aller à la rencontre des publics lors de rencontres ou d’ateliers de pratique. Cette saison, 16 équipes artistiques seront accueillies.

VOUS SOUHAITEZ FAIRE UNE DEMANDE DE RESIDENCE POUR LA SAISON 18-19 ? TELECHARGEZ LE DOCUMENT

Si le document pdf ne s’affiche pas correctement, c’est peut-être que vous utilisez Safari. Dans ce cas, tentez de l’ouvrir avec un autre navigateur.
Pour pouvoir le remplir et enregistrer vos données, veillez bien à télécharger le fichier, puis à l’ouvrir avec Adobe Acrobat (et non votre navigateur), le remplir et faire un « Enregistrer sous ». Merci !

Bérénice Legrand
La Ruse (Lille)
Les chroniques d’un pied héroïque
En résidence du 4 au 15 septembre

1 chroniques 480Parce qu’il est situé à l’opposé de la tête pensante, le pied serait dénué de tout intérêt ?… Nous prendrons notre pied à redorer son image. Et ne plus entendre un « Bête comme ses pieds » de si tôt.

Création le 20 janvier 2018 au Vivat d’Armentières.


Esther Mollo & Jean-Baptiste Droulers
Théâtre Diagonale (Lille)
#Blanche Neige – 2048
En résidence du 18 au 28 septembre
 Présentation publique : jeudi 28 septembre à 19h

2 esther-mollo-credit-Deborah-Bednarek 480Esther Mollo s’inspire d’une nouvelle de Neil Gaiman, Snow Glass Apples, qui raconte l’histoire de Blanche Neige du point de vue de la Belle-Mère, victime d’une Blanche Neige cruelle et maléfique. Pour cette pièce, la marâtre est projetée dans un futur relativement proche où les miroirs, omniprésents dans les contes, laissent la place aux réseaux sociaux, à la toile, aux images qui parviennent jusqu’à nous via des objets connectés. Une sorte de « miroir numérique » où l’on façonne à l’envi l’image de soi, où l’on mesure sa popularité à coup de « like ».


Jean Magnard
Made in Movement (Bordeaux)
Discours
En résidence du 2 au 6 octobre
 Présentation publique : jeudi 5 octobre à 19h

3-jean-magnard-480Discours est une forme d’exploration chorégraphique des gestes qui accompagnent la prise de parole. À partir d’un discours politique de Nick Clegg, ancien vice premier ministre du Royaume-Uni, les trois interprètes reconstituent d’abord un vocabulaire gestuel illustrant le propos, puis tentent différentes variations allant de la plus abstraite à la plus concrète et inversement. C’est avec l’envie d’identifier la fabrication du sens puis de déconstruire ses formes qu’ils jouent, afin d’explorer de nouveaux endroits dansés, à la fois abstraits et narratifs.

La pièce sera accueillie le 5 avril dans le cadre du festival Le Grand Bain.


Thomas Dequidt
Le Cirque inachevé (Lille)
IWanDé
En résidence du 16 au 20 octobre
 Présentation publique : jeudi 19 octobre à 19h

4-Thomas-Dequidt-480IWanDé sera l’histoire d’un corps qui veut lâcher-prise, se laisser aspirer par un état d’extase. Pour cela, il usera de la sueur, sortira la voix, libérera les mots, lancera du plastique. Comme une onde qui cherche à résonner à travers les pores de chacun, l’histoire creusera ce for intérieur pour mieux le dévoiler. Il y aura de la tourmente, du bien être, de la souffrance, de la joie… Le tout sera orchestré par les 5 premiers morceaux de l’album You Can Dance (If You Want) du groupe Lillois TOC (Collectif Muzzix).


Sylvain Huc
Cie Divergences (Toulouse)
LEX
En résidence du 23 octobre au 3 novembre et du 17 au 22 mars
Création le 23 mars dans le cadre du festival Le Grand Bain

5-Sylvain-Huc-480Déployer un monde le temps d’une représentation, tel est le programme de ce projet. Le corps seul du danseur se soumettra aux lois qu’il s’invente comme à celles qui fondent sa présence. L’unique « sujet » y sera un corps tour à tour normatif, autoritaire, docile ou fautif afin de se bâtir un monde. À cet égard, il y a bien une violence fondatrice de la Loi. Du moment où une entité se donne des Lois c’est pour s’arracher à ce qu’elle est pour devenir autre.


Ondine Cloez (Belgique)
Vacances vacance
En résidence du 20 au 24 novembre
 Présentation publique : jeudi 23 novembre à 19h

6-ondine-cloez-480Vacances vacance est un solo, un monologue qui devient peu à peu une pièce chorégraphique. Ondine Cloez déroule une pensée, faite d’associations d’idées, une logorrhée où elle évoque, dans l’ordre, les vacances, le vide, l’hypnose, les NDE (Near Death Experience), la maladresse, le bégaiement, Démosthène, la grâce. Elle énonce des états de corps, puis les expérimente physiquement. Elle est en dehors de son corps, à côté, avant, après. A force d’insister, de répéter successivement ces états, elle arrive à une danse étrange où elle semble être absente de son propre corps. Elle dissèque alors cette danse qu’elle nomme la grâce.


Filipe Lourenço
Plan-K (Bourges)
Pulse(s)
En résidence du 29 janvier au 9 février
 Présentation publique : jeudi 8 février à 19h

8-filipe-lourenco-480Formé dès l’enfance aux danses traditionnelles du Maghreb et à la musique arabo-andalouse, Filipe Lourenço revient dans Pulse à ses premières amours chorégraphiques, interrogeant son héritage propre comme l’actualité de ces cultures ancestrales. Interprète pour Christian Rizzo, c’est en dansant D’après une histoire vraie, pièce inspirée par le souvenir d’une danse turque, qu’il a pris conscience du potentiel de ces rites chorégraphiques. Accompagné de Nabih Amaraoui, il ravive le souvenir de ces danses, trop souvent réduites à leur dimension folklorique, au cœur d’un dialogue ouvert avec le contemporain.

La pièce sera accueillie le 29 mars dans le cadre du festival Le Grand Bain.


Louise Vanneste
Rising horses (Belgique)
A travers les aulnes
En résidence du 19 février au 2 mars

9-Louise-vanneste-480Portant une attention particulière à la littérature et à la place qu’elle occupe dans sa vie et son travail,  Louise Vanneste s’est rendue compte qu’avant tout la  lecture produit des images mentales. Toute personne qui lit, crée une image, une situation imaginaire. Il met en scène. Partant de ses expériences littéraires marquantes et des images qui lui en restent, elle les retranscrira de la façon la plus directe, sans les détourner, avec ce qu’elle en observe en terme de mouvement, énergie, forme, physicalité, couleur, texture, présence sonore…


Thibaud Le Maguer (Lille)
VIRAGES
En résidence du 5 au 16 mars et du 30 mars au 2 avril
Création le 3 avril dans le cadre du festival Le Grand Bain

10-Thibaud-le-maguer-480VIRAGES rassemble cinq individus autour d’un acte quotidien : marcher. Cette marche est néanmoins particulière en ce qu’elle s’engage dans un espace clos, qui génère une circularité des trajectoires, et parce qu’elle s’affranchi d’atteindre un lieu donné. N’en subsiste qu’une dynamique, un élan, un « aller vers » et l’occasion pour un groupe d’inscrire ensemble et au présent une circulation. Les performers, engagés avec détermination dans leurs trajets, sont poursuivis par le dispositif dans lequel ils évoluent : leurs silhouettes en mouvement sont découpées et traquées par la lumière.


Fabritia d’Intino & Clémentine Vanlerberghe
Cats&snails cie (Lille)
Plubel
En résidence du 7 au 11 mai

11-plubel-480Fabritia et Clémentine ont toutes deux passé la majeure partie de leur adolescence en justaucorps, dévoilant leur corps tout en le maintenant fermement non sexué, ce qui explique peut-être pourquoi certaines figures de femme issues de la pop culture opèrent sur elles une fascination qui était le point de départ de cette recherche chorégraphique. Ce sont en quelque sorte leurs contre-modèles, qu’elles ont mis des années à assumer…


Jan Martens
GRIP (Belgique / Pays-Bas)
Pauline. Pauline Thomas. Thomas
En résidence du 8 au 26 janvier et du 14 au 18 mai
 Présentation publique : jeudi 17 mai à 19h

7-jan-martens-480Jan Martens, chorégraphe associé au Gymnase⎟ CDCN, travaille sur la reprise de la pièce A small guide on how to treat your lifetime companion, avec une nouvelle distribution : Pauline Prato et Thomas Régnier. Cette pièce prend le duo comme objet précis d’étude et entreprend d’en dénuder les codes. C’est une peinture du couple comme une danse à deux, à la fois réconfortante et conflictuelle, un rituel qui nécessite toujours des ajustements.

Jan Martens écrira également un solo pour chacun des deux interprètes : Pauline et Thomas. Création prévue en 2018.


Amélie Poirier
Les Nouveaux Ballets du Nord – Pas de Calais (Lille)
Remontage du temps subi
En résidence du 21 au 25 mai
 Présentation publique : jeudi 24 mai à 19h

12-amelie-poirier-480Amélie Poirier s’inspire du travail de Georges Didi-Huberman et d’images ayant fait date dans l’histoire du sport afin d’interroger le corps du sportif : corps-objet, corps-sacrifié, corps surexploité… Corps politique aussi, quand il  dénonce les failles « démocratiques », quand il lève le point noir du Black Power aux JO de Mexico. Quand une femme ose officiellement participer à un marathon. Quand un sportif polonais adresse un bras d’honneur à l’Union Soviétique. Quand une sportive noire remporte Rolland Garros en 1956…


Perrine Valli
Cie Sam-Hester (Suisse)
L’enfant sauvage
En résidence du 11 au 22 juin
Présentation publique : jeudi 21 juin à 19h

Cette pièce pour 6 danseurs et 15 enfants s’inspire de la découverte en 1800 d’un enfant dit « sauvage ». Capturé comme un animal, Victor crie, mord, refuse les vêtements et semble sourd et muet. Les premiers psychiatres concluent à l’idiotie congénitale. Mais un jeune professeur refuse ce diagnostic et le recueille pour tenter de lui apprendre à devenir « un être humain » : acquérir le geste, la parole, mais aussi les manières, l’amour, la sensibilité, la conscience… Cette figure de l’enfant apprenant au contact de l’adulte est le point de départ de la création. À partir d’un travail sur l’imitation corporelle, la chorégraphie mettra en évidence le rôle de l’adulte dans la construction de l’enfant, de son image à ses gestes, de ses pensées à ses actes.


Liz Santoro & Pierre Godard
Le principe d’incertitude (Paris)
Stereo (titre provisoire)
En résidence du 25 juin au 6 juillet
 Présentation publique : jeudi 5 juillet à 19h

14-liz-santoro-480Pour cette nouvelle création, l’approche empruntera à la synthèse, comme on le dit d’un composé chimique. Liz Santoro et Pierre Godard procéderont par réduction et par oxydation, inhibition et catalyse, à partir de fragments prélevés sur leurs trois derniers spectacles : Relative Collider, For Claude Shannon et Maps. Il s’agira de tenter de conserver la complexité du multiple dans la dimension d’un seul corps. L’impulsion première sera de donner au public la possibilité de sentir avec le plus d’intensité possible la responsabilité qu’il a dans ce qui se déroule devant lui, son implication de témoin actif.


Isida Micani & Spike
aKoma névé (Lille)
Métamorphose(s)
En résidence du 9 au 21 juillet

15-isida-micani-480Métamorphose(s) se focalisera sur le phénomène de transformation : qu’elle soit culturelle, corporelle, sociale ou territoriale. Nous nous questionnerons sur les changements choisis ou subis que nous apporte le fil de la vie. La pièce, interprétée par 3 danseurs, sera construite comme un puzzle comportant des solos et un trio. La chorégraphie se basera sur l’opposition : entre isolation et globalité, changements de vitesses fulgurantes, cassures de rythmes, en investissant en priorité la notion d’espace.